1936, la région parisienne paralysée par les grèves.

1324
Print Friendly, PDF & Email

VINTAGE FRIDAY. Ce film réalisé à l’initiative de l’Union des Syndicats Ouvriers de la Région Parisienne avec l’aide des techniciens de la Société « La Marseillaise » nous plonge dans les manifestations et grèves de juin 1936 en région parisienne. Principalement à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt, à l’usine Maurice de tirage à Gennevilliers, aux studios Gaumont à Joinville et aux studios Eclair à Epinay-sur-Seine. C’est aussi l’occasion de revoir le siège historique de la CGT rue de la Grange aux Belles. Ce document historique filmé par l’équipe de Ciné-Liberté fixe avec beaucoup d’exactitude le déroulement et l’atmosphère de cette grande lutte.
Repas et bals, mise à feu du mannequin des 48 heures, dénonciation publique des jaunes, enterrement parodique du capital, jeunes grimés en « bolchevik-au-couteau-entre-les-dents », cortèges accompagnant des rosières et un couple de grévistes se mariant sont quelques-unes des scènes les plus folkloriques de cet étonnant documentaire qui fut très largement diffusé dans les circuits militants du Front populaire.

Ce document précieux sur la culture et les défilés ouvriers est une des premières rencontres entre le monde ouvrier parisien et le monde du cinéma touchant à la fois les acteurs, les ouvriers et mobilisant les syndicats. Au même moment Jean Renoir tourne le film La vie est à nous, produit par le Parti communiste français, qui relate les événements filmés dans la réalité quotidienne de la classe ouvrière, du monde paysan et de la bourgeoisie.

Distribution: Les films populaires – Ciné-Liberté
Prise de vue et réalisation : Collectif de la société La Marseillaise

Lieux de consultation de ces archives : Ciné-Archives, Archives françaises du film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, BNF, Forum des image