4 millions de franciliens alimentés par de l’eau contaminée au tritium

3207
Close-up of young scandinavian child drinking fresh and pure tap water from glass with a blurred green background.
Print Friendly, PDF & Email

L’ACRO, l’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest vient de publier une carte exclusive de la contamination radioactive de l’eau potable en France métropolitaine. Les données publiées, qui représentent la valeur moyenne sur les années 2016 à 2017, ont été fournies par le Ministère de la Santé. La contamination au tritium de l’eau du robinet provient principalement de l’hydrogène radioactif rejeté par les installations nucléaires dans l’eau potable des rivières et fleuves français. Sur les 268 communes concernées par cette contamination qui touche 6.4 millions de consommateurs, se trouvent 122 communes d’Ile-de-France, soit une population de 4 millions d’habitants.

Carte des communes d’Ile-de-France concernées par la présence de tritium dans l’eau potable

La zone principale se trouvant le long de la Seine, à cause des rejets radioactifs de la centrale nucléaire de Nogent sur Seine. Une deuxième zone de contamination apparait autours du centre du CEA de Saclay. L’usine de traitement des eaux de Choisy le Roi qui alimente en eau potable 56 communes de la banlieue Sud produit à elle seule 128 400 000 m3  d’eau potable par an avec une concentration moyenne de 10 Bq/litre. Si cette pollution est anormale et inquiétante elle reste quand même bien loin de la valeur limite instaurée par les autorités sanitaires qui est fixée à 100Bq/l.

Reste la question la plus importante, que ferons nous si un accident grave survient à la centrale de Nogent sur Seine et que des millions de franciliens sont privés d’eau potable ?