Burton Holmes filme le Paris des années 20 (Part 1)

254
Print Friendly, PDF & Email

VINTAGE FRIDAY. Adolescent, Elias Burton Holmes s’achète son premier appareil photo. Nous sommes en 1883, il a 13 ans et débute son tout premier tour d’Europe accompagnant sa mère et sa grand-mère. A son retour il expose ses photos de voyage et devant le succès de ce qui est tout nouveau pour le public américain il décide de consacrer sa vie à sillonner la planète, qu’il va documenter avec plus de 30 000 photos et 150 km de pellicule.

Ainsi, celui que l’on nomme aujourd’hui « Le plus grand voyageur du monde» visite tous les continents et presque tous les pays, rapportant d’inoubliables récits de voyage, filmant des évènements majeurs comme le creusement du canal de Panama, les premiers Jeux olympiques modernes de 1896, et réalisant, en 1899, ce qui est considéré aujourd’hui comme le tout premier film sur le Japon.

Burton Homes dans ses archives vers 1950

En 1897, Holmes envoie son associé et cameraman Oscar Depue à Paris pour acheter une caméra à Léon Gaumont. Cette même année, il présente comme une nouveauté, lors de conférences habituellement illustrées par ses photographies, une petite séquence de 25 secondes de films qui, à cette époque, est une pellicule perforée de 60 mm de large. Quelques années plus tard en 1902, il passe au format 35 mm qu’il utilisera pendant 40 ans.

En plus de ses films et photos, Burton Holmes publie, entre 1919 et 1922, quatorze volumes de ce qu’il appelle « ses travelogues », qu’on pourrait traduire aujourd’hui par « carnets de voyages » et donne des conférences illustrées par ses photos et films, dans le monde entier.

Sur ses voyages à Paris dans les années 20, Holmes nous a laissé quatre films, dont voici le premier.

Film des archives Prelinger
Photo : Pola Negri au Café de la Paix, Paris (1927) par Burton Holmes
Vous trouverez plus d’informations sur le site anglais : https://www.burtonholmes.org/
Une grande partie des clichés et tous les films de Holmes sont déposés au département cinéma de la George Eastman House à Rochester (État de New York).
Et un magnifique livre de 608 pages aux éditions Taschen « Burton Holmes, Travelogues. Le plus grand voyageur de son temps ».