La Seine-Saint-Denis se dote d’un plan Canopée

182
Crédit : Nicolas Moulard
Print Friendly, PDF & Email

Le jeudi 11 juin, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis votait son premier plan pluriannuel d’investissement pour une politique de l’arbre. Un programme qui vise à faire passer la couverture arborée du département de 16 % à 20 % d’ici 2030, en plantant 30 000 arbres.

Il faut dire que la Seine-Saint-Denis est assez pauvre en la matière.
Selon nosvillesvertes.fr qui évalue le patrimoine arboré des villes françaises, le 93 est à quatre points en dessous de Paris (20 % de patrimoine) et neuf points en dessous de Montpellier, ville la plus verte de France, avec 25 %. Certaines de ses villes les plus importantes offrent même un véritable déficit : 6 % pour Drancy, 9 % pour Aubervilliers, 12 % pour Saint-Denis ou encore 13 % pour Montreuil.

Pour y remédier, le Conseil départemental envisage, grâce à un investissement de 60 millions d’euros sur 10 ans, un éventail d’actions :

Donner une valeur financière aux arbres
En triplant « le montant des indemnités compensatoires à toute altération d’un arbre causée par une personne physique ou morale dans le cadre de ses activités ».

Proposer une charte aux aménageurs
« Qui valide l’engagement collectif de protection et de développement des arbres à tou.te.s les acteur.trice.s qui participent au dynamisme urbain du territoire (sociétés d’aménagement, promoteurs immobiliers, établissements publics, bailleurs sociaux, etc.). »

Remplacer et multiplier
En s’engageant « à replanter trois arbres pour chaque arbre abattu et à rendre compte chaque année par un bilan des abattages et replantations liés aux projets départementaux ».

Classer et protéger
En publiant « une liste des arbres et alignements remarquables de la Seine-Saint-Denis et renforcer leur protection en sensibilisant notamment le grand public ».

Mobiliser les citoyens
En proposant « aux parents séquano-dionysiens de planter un arbre pour la naissance de leur enfant, soit chez eux, soit sur les espaces du Département. Des sessions de plantations collectives seront également proposées aux familles ».
Informations et inscriptions ici.

Fédérer les acteurs
Grâce à « l’émergence de nouveaux projets en accompagnant et en encourageant et appuyant techniquement les initiatives locales et citoyennes qui concernent les arbres, le végétal et la biodiversité ».

Améliorer la connaissance
En mettant en place « une base de données intercollectivités accessible à toutes et tous qui permettra ainsi de suivre l’évolution de la surface arborée départementale et de mieux connaître les îlots de fraicheur du département ».