Le Covid-19 à nouveau présent dans les eaux usées

171
Un scientifique fait des recherches dans un laboratoire d'Eau de Paris
Crédit : Eau de Paris
Print Friendly, PDF & Email

Missionné pour réaliser un suivi de la présence du génome du coronavirus dans les eaux usées, le groupement de recherche OBEPINE signale une réapparition du virus.

On sait depuis une étude réalisée au printemps par Eau de Paris, le SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne), la Sorbonne Université et l’IRBA (Institut de Recherche Biomédicale des Armées), que plus le nombre d’hospitalisations pour covid-19 est important, plus le génome du virus SARS-Cov-2 à l’origine de la maladie est présent dans les eaux usées.

Ainsi, les eaux usées représentent un véritable indicateur pour évaluer le niveau de circulation du virus au sein de la population. D’où la création du réseau OBEPINE (Observatoire EPIdémiologique daNs les Eaux usées) qui réunit différents acteurs publics et privés pour la mise en place d’un suivi à grande échelle.

Un indicateur qu’Eau de Paris qualifie de « facile à mettre en place, éthiquement acceptable, avec un investissement financièrement soutenable ».

Le 22 juillet, Eau de Paris, annonçait que le groupement OBEPINE avait remarqué une légère augmentation des traces de SARS-CoV-2 dans les eaux usées. « Alors que le virus n’était plus détectable depuis la mi-mai dans plusieurs stations d’épuration d’Île-de-France, les derniers prélèvements présentent des signaux positifs », écrit Eau de Paris. Prenant soin de préciser : « Cette très légère augmentation des traces de SARS-CoV-2 dans les eaux usées ne permet cependant pas à ce stade de tirer des conclusions sur le nombre de personnes infectées, mais est un indicateur sur la circulation du virus dans la région parisienne. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.