Les Franciliens veulent se déplacer autrement

213
The green machine
Print Friendly, PDF & Email

La grande enquête menée sous l’égide d’Inov360 sur les mobilités franciliennes post-déconfinement vient de révéler ses dernières conclusions. Elles se traduisent par trois grandes orientations : une démobilité maintenue, le vélo comme recours et la nécessaire transformation du parc automobile.

À la suite des deux premiers volets parus en juin et juillet 2020, la vaste étude sur les déplacements des Franciliens engagée par vingt-deux acteurs de la mobilité sous la coordination du cabinet de conseil Inov360 a livré ses derniers enseignements ce 7 octobre.

Une démobilité confirmée par le télétravail

Depuis le déconfinement du mois de mai, les Franciliens se déplacent beaucoup moins. L’impact de la crise sanitaire et du confinement qui en a résulté se fait toujours sentir, d’autant que la période de la rentrée a vu les risques d’une deuxième vague de l’épidémie de COVID-19 prendre de l’ampleur.

42 % des répondants à l’enquête indiquent se déplacer beaucoup moins ou un peu moins pour leurs trajets domicile-travail. Un chiffre que l’on peut mettre en rapport avec celui concernant le télétravail : 47 % le pratiquent actuellement, soit quasiment 1 Francilien sur 2. Si 60 % d’entre eux souhaitent retourner à leur bureau, ce n’est pas pour y exercer à plein temps puisque 91 % considèrent que la combinaison télétravail/travail sur site est la meilleure solution. En quelques mois, le télétravail s’est donc institué au point de devenir un mode pérenne de l’activité économique que les entreprises vont devoir définitivement implanter dans leurs modes d’organisation. Fondateur d’Inov360, Vincent Pilloy explique par ailleurs :

« Si l’on considère que le télétravail pourrait concerner deux jours par semaine en moyenne 40 à 45 % des Franciliens, il permettrait d’éviter durablement un nombre de déplacements très significatifs de l’ordre du million par jour, avec tous les bénéfices environnementaux induits. »

Cette démobilité est encore plus importante concernant les déplacements effectués pour les loisirs : 54 % des répondants indiquent en réaliser beaucoup moins ou un peu moins. Tout se passe comme si une sorte de confinement admis s’était institué en ce qui concerne les loisirs. Ce qui laisse augurer de très grosses difficultés pour ce secteur déjà impacté par une baisse de 60 % de l’activité touristique au premier semestre.

Le vélo plébiscité, les transports publics dans l’attente

Les transports en commun demeurent fortement impactés par la crise, même si +18 % des personnes interrogées indiquent en avoir repris un usage normal par rapport à juillet. Un chiffre que l’on peut lier à la reprise de la rentrée de septembre. Ainsi mi-septembre, l’Établissement public Paris La Défense estimait que près de 60 % des salariés du quartier d’affaires étaient de retour à leur bureau. Étant donné la provenance très éparse de ces salariés, les transports en commun ont effectivement pu rejouer en partie leur rôle pour les acheminer. Paris La Défense indiquait ainsi que la fréquentation des transports en commun était revenue à 58 % du trafic habituel. Une confiance dans ces transports modérée, mais que ses usagers n’ont pas non plus l’intention de délaisser massivement. Pour preuve : très peu d’entre eux ont résilié leur pass Navigo, qui demeure, selon Vincent Pilloy, « le pilier de la mobilité pour de très nombreux Franciliens ».

Toutefois, ce qui a marqué le quartier d’affaires de La Défense est la très forte hausse de l’usage du vélo grâce, notamment, à la piste cyclable mise en place sur le pont de Neuilly. Cinq mille passages étaient comptabilisés au 1erseptembre, soit une hausse de +42 % par rapport à juin. Les mobilités douces (marche, vélo, trottinette) sont d’ailleurs largement plébiscitées par l’enquête d’Inov360. : 67 % des répondants sont favorables à la pérennisation totale ou partielle des pistes cyclables temporaires mises en place en Île-de-France. Et 25 % d’entre eux indiquent les avoir utilisées. Une majorité se dégage aussi qui se dit prête à consentir à des efforts personnels pour une plus grande utilisation des modes doux.

Automobile : entre crainte et espoirs

La crainte d’une reprise massive de la voiture individuelle n’est cependant pas écartée. Plusieurs indicateurs le prouvent. La pollution de l’air est repartie à la hausse dès après le déconfinement. Les acheteurs se sont rués vers les véhicules d’occasion : selon le baromètre Auto Scout 24, le marché français a ainsi enregistré une hausse spectaculaire de +27,6 % en juin 2020 par rapport à juin 2019 et les automobiles à moteur diesel restent majoritaires avec 55,7 % des ventes. En septembre, les parkings de La Défense enregistraient 90 % de leur fréquentation habituelle. Enfin, 16 % des personnes interrogées par l’enquête Inov360 estiment que leur budget mobilité est en hausse en raison d’un basculement vers la voiture.

L’étude présente quand même des motifs d’espoir : 68 % des répondants se disent favorables aux restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants. Ils expriment aussi majoritairement l’intention de se tourner à l’avenir vers des véhicules hybrides ou électriques, le diesel ne pointant qu’en 3eposition d’intention d’achat. Et près d’un Francilien sur dix envisage d’acheter un vélo. 

De l’enquête à la réflexion

Une démobilité subie peut-elle se transformer en transition désirée ? C’est toute la question que pose finalement l’enquête d’Inov360. Les 22 membres du collectif qui y ont participé souhaitent approfondir la réflexion autour de trois axes :
– promouvoir des pratiques de mobilité plus responsables auprès des habitants et des entreprises ;
– développer une mobilité servicielle plus flexible et optimisant énergie et ressources (mobilités partagées, plateformes multimodales, micromobilité, services connectés…) ;
– accélérer la décarbonation des transports en ciblant prioritairement les cas usages les plus pertinents (micro-déplacements, logistique urbaine, flottes d’entreprises ou trajets pendulaires).

Les membres du collectif
Cityscoot, Communauto, CYCLEZ, Dott, Grand Paris Seine Ouest (GPSO), IFPEN, INOV360, Karos, L’Institut Paris Region, Mappy, Marcel, Orange, Paris Ouest La Défense (Établissement public territorial-Métropole Grand Paris), PayByPhone FR, SNCF Réseau, So Mobility, Stuart, Total Fleet, Transdev, Troopy, Virtuo, Zoov.