Les jeunes résidents des foyers, durement touchés par la crise

651
Résidence Hénéo aux Batignolles- Crédit : RIVP / Christophe Demonfaucon
Print Friendly, PDF & Email

DOCUMENT. L’Union Régionale pour l’Habitat des Jeunes Ile-de-France (URHAJ) a publié le 10 juin une enquête « Occupation des logements et difficultés économiques » (voir plus bas), réalisée en deux temps auprès de ses membres : une première collecte fin avril, en période de confinement, et une seconde, mi-mai, à l’issue du déconfinement. 63% de ses structures adhérentes y ont répondu, gestionnaires de 94% des logements du réseau.

Premier enseignement pour l’URHAJ : un taux d’occupation moyen en baisse de 2 points, de 96% à 94%. Durant la crise sanitaire, il apparaît donc que la vacance de logement a été globalement maîtrisée. Cependant, il apparaît une grande disparité selon les établissements avec un taux d’occupation qui évolue entre 74% et 100%. La baisse est aussi beaucoup plus sensible à Paris (-5%).

D’un côté, les attributions et les entrées ont été fortement ralenties par la crise sanitaire ; d’un autre côté, le confinement a aussi fait chuter le nombre de congés, passés de 13 en mars à 4 en avril.

Plus préoccupant : la hausse des impayés. Les adhérents de l’URHAJ sont 68% à constater une hausse des impayés (passage de 4 à 8% du chiffre d’affaires mensuel). Les jeunes qui occupent ces foyers et résidences ont subi une perte de ressources massive. Pour 32% d’entre eux, elle est liée au chômage partiel ; pour 24% à la cessation de leur activité professionnelle ; et pour 20% à l’interruption de leur formation ou de leur alternance.

La part des impayés est aussi différente selon les départements franciliens. La Seine-Saint-Denis paye chèrement la crise, avec une hausse de +8% (de 2 à 10%).

« Comme le lait sur le feu, il semble que les prochaines semaines nécessitent de rester très vigilants, notamment sur la dégradation des ressources de jeunes », explique l’URHAJ.

L’Union Régionale pour l’Habitat des Jeunes Ile-de-France (URHAJ) regroupe des associations et autres organismes ayant en charge des foyers et/ou services à destination des jeunes entrant dans la vie active et en mobilités (géographique, professionnelle, sociale, résidentielle…).

Trente-deux organismes en sont membres, soit 107 résidences, représentant 11 000 places. Environ 16 000 jeunes sont hébergés chaque année.