L’interopérabilité de Champigny est sauvée

330
Print Friendly, PDF & Email

«Le Conseil de surveillance retient la proposition du directoire de poursuivre la réalisation de la ligne 15 Est en intégrant dans son programme d’investissement la réalisation de l’ensemble des infrastructures nécessaires à l’interopérabilité», a commenté la Société du Grand Paris (SGP) ce mardi 25 juin. Il aura fallu une heure de débat à son Conseil de surveillance pour sauvegarder le principe d’une interopérabilité entre les lignes 15 Sud et 15 Est du Grand Paris Express (GPE), prévue dans le projet initial et rejeter ce que certains estimaient comme l’initiative d’une seul homme, Thierry Dallard, président du Directoire de la SGP.

Il faut dire que celui-ci avait été nommé en remplacement de Philippe Yvin avec comme première mission de baisser les coûts de la construction du GPE, qui commençaient sérieusement à déraper. Et l’une des pistes d’économie envisagée était cette fameuse interopérabilité, dont la remise en question avait suscité une levée des boucliers des élus locaux à l’automne 2018. Aujourd’hui, ceux-ci se félicitent de la décision du Conseil de surveillance, présidé par Patrick Braouezec. Dans un communiqué, le département de Seine-Saint-Denis se dit soulagé : «Cette interopérabilité de la ligne 15 du Grand Paris Express permettra à cette future ligne, cœur du Grand Paris Express, de fonctionner en rocade, c’est-à-dire de permettre aux 72 000 voyageur.ses par jour venant de la 15 Est vers la 15 Sud et aux 70 000 voyageur.ses par jour venant de la 15 Sud vers la 15 Est de ne pas devoir changer de train en gare de Champigny. C’est également ce qui permettra au futur exploitant d’assurer les meilleures conditions d’exploitation et de maintenance possibles, et ce en toutes circonstances.»

La Seine-Saint-Denis précise cependant : «Pourtant déjà actés depuis longtemps, les schémas d’exploitation, les tracés, les gares, risquent d’être fragilisés par l’entêtement de Bercy à trouver des économies au détriment du projet.» Il est vrai que la mouche pourrait encore changer de coche et l’interopérabilité de Champigny transformée en simple interconnexion pour limiter le dérapage financier. À suivre.