Pour lutter contre la précarité énergétique, la MGP expérimente le PREP

667
vue d'une zone pavillonnaire à aulnay sous bois
Crédit : Hervé Suaudeau
Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre du programme « Service d’Accompagnement à la Rénovation énergétique » (SARE) lancé par le gouvernement en septembre 2019, la Métropole du Grand Paris (MGP) et la préfecture d’Île-de-France ont démarré une phase d’expérimentation du Parcours de Rénovation énergétique Performante (PREP).

Le PREP se veut un outil opérationnel visant à aider les particuliers propriétaires dans leurs projets de rénovation énergétique de leur logement. Il agit sur trois niveaux :
– un accompagnement des par un conseiller de proximité, du premier conseil jusqu’à la réalisation des travaux ;
– une solution de financement avec une offre de prêt accessible et un préfinancement ;
– un accompagnement des professionnels locaux avec la création de groupements d’artisans formés qui permet la mise en œuvre de rénovations performantes à coûts maîtrisés.

En 2019, la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (DRIHL) avait livré un diagnostic accablant sur la situation du tissu pavillonnaire francilien, aujourd’hui en pleine mutation. Il en résultait notamment que « les pavillons ouvriers construits pendant l’entre-deux-guerres en première couronne parisienne et les lotissements pavillonnaires construits dans les années 1970 dans les territoires périurbains font aujourd’hui face à de lourds besoins de travaux de rénovation. » La DRIHL précisant à la fois que « ces travaux sont plus difficiles à réaliser que dans l’habitat collectif » et que « les besoins sont moins visibles ».

L’expérimentation du PREP a lieu dans deux communes de la MGP: Sceaux (Hauts-de-Seine) et Montfermeil (Seine–Saint-Denis) où de nombreux habitants des zones pavillonnaires souffrent de précarité énergétique. À terme, ce projet pourra être étendu à l’ensemble des collectivités territoriales volontaires de la région. Selon la préfecture, 865 000 Franciliens souffriraient aujourd’hui de précarité énergétique.