Quand Le Corbusier prévoyait de raser la rive droite de Paris

891
Print Friendly, PDF & Email

VINTAGE FRIDAY. « En 1929, la situation créée au centre de Paris est telle que les pouvoirs publics sont débordés et qu’un cénacle de techniciens éminents propose simplement de quitter ce Paris devenu inhabitable et d’aller le reconstruire au long de l’avenue de Saint-Germain-en-Laye ! Pourtant, un homme habitué aux questions de sévère économie générale, Daniel Serruys, parlant dans une conférence sur l’urbanisation de Paris, montre la futilité de cet exode et cite la conception exposée en 1925 au pavillon de l’Esprit Nouveau, comme celle ayant eu le mérite inappréciable d’énoncer les seules solutions possibles en l’état actuel, c’est-à-dire, les mesures énergiques. » ( Extrait de Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Oeuvre complète, volume1, 1910-1929). Cette solution exposée par Le Corbusier porte le nom de « Plan Voisin de Paris ».

L’architecte propose un projet radical où il prévoit de raser la rive droite de Paris et son coeur historique afin de bâtir dix-huit gratte-ciels de 60 étages qui pourront accueillir 700 000 nouveaux habitants. Les Halles, le Marais et les grands boulevards réalisés par Haussmann laisseront place, à l’est, à un imposant quartier d’affaires de 240 hectares alors qu’un quartier résidentiel sera construit à l’ouest, de la gare Saint-Lazare à la rue de Rivoli. Le tout bordé d’immenses jardins et traversé par des axes routiers dont les plus grands pourront mesurer jusqu’à 120 mètres de large laissant une large place à l’automobile.

Ce plan imaginé par Le Corbusier resta à l’état de projet et le Paris haussmannien fut préservé.

Un film « Un jour de plus à Paris » que vous pouvez retrouver sur Youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez un commentaire
Renseignez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.