Sortie de crise : les entreprises franciliennes plutôt optimistes

281
Print Friendly, PDF & Email

Initiative France, réseau réseau associatif de financement et d’accompagnement des entrepreneurs, a interrogé 752dirigeants d’entreprise en Ile-de-Francesoutenus par le réseau, sur les conséquences de la crise sanitaire, leurs besoins et les perspectives pour les mois qui viennent.

Durant la période de confinement, 60 % de ces entreprises franciliennes ont suspendu leur activité, réalisant ainsi un chiffre d’affaires nul au mois d’avril. Ce taux a même atteint 79 % pour les hôtels, cafés et restaurants ; 73 % pour les services à la personne ; et 67 % pour l’immobilier et l’agriculture.

69 % des entrepreneurs ne sont plus en mesure de se rémunérer. Et 67 % ne disposent pas d’une trésorerie suffisante pour maintenir leur activité plus de 2 mois.

Paradoxalement, ils sont aussi majoritairement optimistes (59 %) sur la période qui s’ouvre. « Un état d’esprit confirmé par des réponses encourageantes aux questions sur les enjeux et perspectives pour la reprise », explique Initiative France. Les entrepreneurs souhaitent, effet, prioritairement :

  1. Développer l’entreprise 
  2. Redresser l’entreprise 
  3. Diversifier l’activité

Sur la question de l’emploi, un tiers d’entre eux sont en revanche dubitatifs, même si 44 % envisagent de maintenir leurs salariés à leurs postes.

Enfin, pour 58 % des entrepreneurs, renflouer la trésorerie et renforcer les fonds propres constitue l’enjeu majeur des prochains mois pour assurer la pérennité des entreprises. L’appui commercial est un autre besoin majeur, cité par 30 % des répondants.