Trois opérateurs de trottinettes autorisés à déployer leur flotte dans Paris

571
Des gens avec un gilet jaune font de la trottinette dans Paris
Crédit : Ville de Paris
Print Friendly, PDF & Email

Les entreprises Dott, Lime et TIER pourront faire rouler chacune 5 000 engins dans la capitale pour une durée de deux ans à partir du mois de septembre.

Face au développement anarchique des trottinettes dans la capitale et à l’augmentation des accidents, la Ville de Paris s’emploie depuis plusieurs mois à réglementer la circulation et le stationnement de ces engins de déplacement personnel (EDD). Durant l’été 2019, elle interdisait leur stationnement sur les trottoirs. Puis, à l’automne, un décret les intégrait dans le Code de la route. Dorénavant, ce sont les opérateurs de trottinettes en libre-service eux-mêmes qui sont triés sur le volet.

Ainsi, après un appel à candidatures lancé en décembre 2019, la mairie parisienne a choisi trois opérateurs. Il s’agit de la start-up franco-européenne Dott, de la société américaine Lime, qui s’est associée dernièrement avec Jump, filiale d’Uber, et de l’allemand TIER. Ils ont été retenus selon trois critères de sélection : la responsabilité environnementale, la sécurité des usagers et la gestion de la maintenance et de la recharge des engins.

Après avoir signé une convention d’occupation de l’espace public, ils seront autorisés à déployer chacun 5 000 engins maximum dans la capitale dès le mois de septembre. Par ailleurs, 2 200 emplacements de stationnement ont été achevés (2 500 à terme). Chacun pourra accueillir au minimum 6 trottinettes. « À charge pour les opérateurs de réguler leur parc et de veiller à ce qu’il n’y ait pas d’engins mal garés », écrit la Ville de Paris.