Un périphérique « écolo » s’inscrit dans le futur du Grand Paris

1028
Print Friendly, PDF & Email

Avec 1,2 million de voitures l’empruntant chaque jour, le plus souvent pare-choc contre pare-choc dans un nuage de particules fines, le périphérique parisien est aujourd’hui remis en question et pourrait devenir un boulevard urbain, avec une voie dédiée au covoiturage, une voie pour les bus et taxis, des pistes cyclables et une végétalisation rendant une partie de la chaussée aux piétons. Ce qui a déjà été fait à Séoul, en Corée du Sud ainsi qu’à Boston où les autoroutes urbaines ont tout simplement été supprimées.

L’avenir du périphérique sera au coeur des propositions des candidats aux prochaines municipales. Déjà la maire de Paris, Anne Hidalgo a réagit au rapport rendu le mardi 28 mai en proposant une limitation de vitesse à 50 km/h dès 2020. D’ autres propositions, dont la réduction de la vitesse des axes arrivant sur le périphérique et l’interdiction des poids lourds en transit, seront débattues le 11 juin lors du prochain conseil de Paris. Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande et candidat à la mairie de Paris, propose tout simplement de détruire le périphérique à l’horizon 2035 afin de relier Paris à sa banlieue en alternant îlots de fraicheur et nouveaux logements. Son discours est clair « Il faut trouver des alternatives au périphérique qui se trouve à seulement cinq kilomètres du centre de Paris. Il n’y a pas une métropole mondiale qui a une barrière autoroutière si proche du centre« .

Pendant que les politiques s’affrontent des équipes d’architectes et urbanistes planchent déjà sur cette ville réinventée proposant ainsi un périphérique qu’on reconnait à peine, comme dans ce projet du collectif Holos de Richez Associés.

Périphérique aujourd’hui

Projet Holos de Richez Associés

Repenser l’avenir de cette autoroute urbaine n’est qu’une des propositions de transformation du réseau routier du grand Paris où se pose aujourd’hui les questions de l’amélioration des mobilités, de la réduction des nuisances et de l’insertion du réseau dans un environnement où la nature retrouve sa place. C’est ce que le Pavillon de l’Arsenal et 11 lieux franciliens présentent, du 7 juin au 13 octobre 2019 au travers de l’exposition « Les Routes du futur du Grand Paris ».

Cette exposition met en lumière les travaux de quatre équipes pluridisciplinaires composées d’architectes, d’urbanistes, d’ingénieurs, de paysagistes, d’experts en mobilité, en environnement et en analyse de trafic. Ainsi, à l’issue d’une consultation internationale, ont été sélectionnés par les collectivités au sein du Forum métropolitain du Grand Paris, avec la Mairie de Paris, la Région Île-de-France et l’Etat, l’Atelier des mobilités (D&A Devillers & Associés), le Collectif Holos (Richez Associés), New deal pour les voies du Grand Paris (Seura Architectes) et Shared utility networks – SUN (Rogers Stirk Harbour & Partners). Leur terrain d’études s’appuie sur un réseau existant qui totalise près de 1 000 km de routes comprenant le boulevard périphérique, l’A86, la Francilienne, les autoroutes, les voies rapides nationales ainsi que les autres voies structurantes jusqu’à la Francilienne.

Projet Pont de Gennevilliers par Richez associé
Une armature verte réparatrice à l’echelle de l’Ile de France
par l’Atelier des Mobilités, Illustration, Martin Etienne
Autoroute A1 en 20050
par l’équipe SUN de Roger Strick
Illustration Christophe Dembinski, Rogers Stirk Harbour + Partners
A86 en 2050 par Seura architecte

Leurs travaux montrent comment la route peut être repensée pour devenir le support d’un système de transports en commun interconnecté avec tous les autres modes de mobilités : train, métro, RER, bus, autopartage, vélo mais aussi marche à pied. L’exposition permet de visualiser leurs propositions, de repenser l’insertion des routes dans la ville ainsi que l’aménagement des voies ; des focus revisitent le périphérique et les grands axes ou noeuds d’interconnexions (A1, A6…). Elle montre également ce qui pourrait changer concrètement pour les habitants et usagers dans leur quotidien, notamment dans l’offre de services que cette nouvelle vision permettra d’apporter.

L’exposition fait étape dans une dizaine de territoires et participe à la 1ère Biennale d’architecture et de paysage de la région Île-de-France. Durant cette itinérance, la consultation se poursuit avec des événements et débats organisés localement en présence des équipes.

Vous retrouverez tous les lieux et dates sur http://www.routesdufutur-grandparis.fr/actualites/#agenda

L’exposition au Pavillon de l’Arsenal
www.pavillon-arsenal.com
21, BLD MORLAND 75004 PARIS
+33 1 42 76 33 97
OUVERT DU MARDI AU DIMANCHE DE 11H À 19H
ENTRÉE LIBRE
INFOPA@PAVILLON-ARSENAL.COM