À Châtenay-Malabry, Merci Raymond construit une ferme

81
Ferme urbaine Chatenay Malabry Merci Raymond
A vélo dans le grand paris
Print Friendly, PDF & Email

Sur l’ancien site de l’École centrale, le collectif de jardiniers Merci Raymond va créer et exploiter une ferme urbaine de 7 000 m2, au cœur d’un nouvel écoquartier.

École centrale, faculté de pharmacie… Dans les Hauts-de-Seine, Châtenay-Malabry perd ses grandes écoles qui déménagent pour Saclay. En lieu et place, la commune se rêve ville verte, « ville-parc », la proximité du parc de Sceaux et de la forêt de Verrières poussant son ambition. Un « business parc » devrait ainsi remplacer la fac, opérant une reconnexion à la forêt. L’École centrale, elle, est reconvertie en écoquartier, dont la construction a débuté en 2020. Promenade plantée, centre aquatique, géothermie font partie du package. Ainsi qu’une ferme urbaine qui occupera 7 000 m2 sur les 20 hectares du quartier.

« Chez Volterre », on cultive son jardin

Châtenay avait lancé une consultation pour affiner la programmation de cette ferme, son modèle économique, avec la désignation d’un exploitant. La consultation a abouti. C’est Merci Raymond qui a été désignée. Depuis 2015, l’entreprise de jardiniers entreprend de concilier potager, solidarité et pédagogie. Sur l’écoquartier La Vallée, elle doit faire sortir de terre, d’ici 2023, une petite ferme baptisée « Chez Volterre » fonctionnant avec quatre activités économiques :

  • une exploitation agricole, avec un objectif de plusieurs tonnes de fruits et légumes récoltés par an, dont une partie sera à destination des cantines scolaires de la ville ;
  • un café cantine, restaurant locavore et de saison ;
  • des privatisations événementielles ;
  • un lieu de vie appelé La Grange programmant des événements culturels, des ateliers pédagogiques, des visites de la ferme, des ateliers de formation (permaculture, cuisine).

Quatre objectifs

Merci Raymond a planché durant deux ans sur ce projet pour en définir précisément les objectifs, au nombre de quatre.

Nourricier

L’idée est quand même de produire, mais en permaculture, avec des écosystèmes diversifiés : potager bio-intensif de 3 500 m2, forêt-jardin de 800 m2, haie fruitière de 900 m2. Fruits et légumes bio seront vendus à la boutique de la ferme et distribués aux cantines de la ville. Une partie de la production sera transformée et mangée sur place dans le restaurant de la ferme. Elle pourra aussi être mise en conserve ou séchée en tisane afin de valoriser les récoltes abîmées et non vendues.

Solidaire

Un programme d’insertion professionnel sera créé en partenariat avec l’ESAT Les Amis de l’Atelier, permettant d’accueillir sur la ferme des travailleurs porteurs de handicap. Ces derniers pourront ainsi acquérir de nouvelles compétences : maraîchage, arboriculture, vente de fruits et légumes, cuisine… et aider le chef d’exploitation dans toutes les activités de la ferme. « Chez VOLTERRE » permettra par ailleurs la création d’emplois locaux pérennes et non délocalisables. Enfin, son restaurant sera ouvert aux plus démunis, en partenariat avec une structure locale.

Pédagogique

Comme elle l’a entrepris sur d’autres sites, Merci Raymond veut faire de « Chez Volterre » un lieu d’apprentissage. D’où la programmation d’ateliers, de visites, de conférences pour animer le lieu autour des thèmes de l’agriculture, du jardinage, de l’écologie, de l’alimentation, du social et de l’art et de la culture. Une association « Les amis de VOLTERRE » animera le site pour favoriser les échanges de ressources (graines, compost, conseils…) et créer une communauté locale.

Écologique

La ferme est conçue dans une logique circulaire et de biodiversité. D’où : compostage, cuve de récupération de l’eau de pluie, réservoirs de biodiversité (ruches, écopâturage), bâtiment bioclimatique. Les productions de la ferme seront labellisées Agriculture Biologique, Biodiversity, ou encore Produit en Île-de-France. Enfin, la ferme sera intégrée dans un programme de recherche lancé en partenariat pour un suivi expérimental de la gestion écologique de l’exploitation (eau, sol, biodiversité).