Asnières, le plus ancien cimetière d’animaux au monde

189
Print Friendly, PDF & Email

VINTAGE FRIDAY. Sur les bords de Seine, non loin du Pont de Clichy se trouve ce que certains habitués appellent « le père Lachaise » des animaux. Le Cimetière des Chiens est non seulement le plus ancien – avec ses 121 ans d’existence – mais aussi un des plus grands cimetières pour animaux au monde, inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Comme au père Lachaise ce cimetière à ses stars, dont le chien « Rintintin » (1918 – 1932) vedette hollywoodienne du grand écran dont un des descendants fut le célèbre acteur du feuilleton télévisé des années 50 ou encore Gribouille le cheval de la journaliste féministe Marguerite Durand, directrice du journal La Fronde. C’est d’ailleurs cette dernière qui en 1899 avec son ami l’auteur George Harnois décident de chercher un lieu de recueillement pour les animaux domestiques. Lieu qu’ils trouvent à Asnières sur une île de la Seine, l’île des Ravageurs où près de 100 000 animaux seront enterrés, des chiens, des chats mais aussi des cochons, poules, chevaux, oiseaux et aussi des lions. Alors que le cimetière devait être fermé en 1987 la ville d’Asnières fait classer le lieu avant d’en devenir propriétaire en 1989.Dans ce reportage diffusé en 1980 sur FR3 on apprend qu’enterrer un animal peut coûter jusqu’à 800 francs et que la concession annuelle est de 480 francs, tarif qui a bien évolué depuis puisque désormais il faut compter 3700 euros pour une concession d’une durée de 20 ans.

Le portail du cimetière du cimetière des chiens d’Asnières sur l’ancien Pont de Clichy

Reportage France Régions 3 Paris diffusé en 1980 un film INA