Autobus en région parisienne, de 1965 à nos jours

Print Friendly, PDF & Email

Mis à jour le vendredi 10 juin 2022 by Olivier Delahaye

Depuis le début du vingtième siècle, l’histoire des transports en autobus se confond avec l’histoire du Grand Paris et de ses habitants, de plus en plus nombreux. La RATP nous propose dans ce documentaire de découvrir leur immense patrimoine.

VINTAGE FRIDAY. En 1958, la Régie autonome des Transports Parisiens décide d’homogénéiser sa flotte de bus en définissant un cahier des charges précis: le véhicule doit pouvoir transporter 70 passagers dont 40 assis, il doit mesurer 11 mètres, disposer de 2 portes de sorties doubles avec un système en accordéon de 2 vantaux par porte, une direction assistée et pouvoir être exploité par un ou deux agents.

La première commande de 600 bus Berliet et Savem est passée en 1964, Mais rapidement la conduite à un seul agent, à la fois machiniste et receveur, s’impose. C’est ainsi qu’est mis en exploitation le premier modèle « standard » de l’histoire de la RATP, le célèbre SC10-U qui débute dans les rues de Paris en octobre 1965. Ce modèle, qui est une petite révolution, et que l’on surnomme « SIOU » est la plus grande série de véhicules jamais livrée à la RATP, avec 3 500 bus en 1979 et un total de 11 004 autobus durant toute son exploitation.

En 1977, le SAVIEM SC 10 devient le Renault SC 10. Peu après, il bénéficie de quelques améliorations et il est rebaptisé SC 10 UO.

Alors que les bus à plateforme avaient disparu des rues parisiennes en 1971, des dizaines de bus SC10-U équipés d’une plateforme ouverte à l’arrière vont parcourir les rues de la capitale à partir de 1975 et seront fabriquées jusqu’en 1988.

Malgré tous les efforts de la RATP pour améliorer le réseau et le confort des véhicules, l’augmentation du trafic routier et ses embouteillages qui entrainent de fréquents retards et des irrégularités des passages, font fuir les voyageurs du réseau Île-de-France qui, de 852 millions en 1960, ne sont plus que 501 millions en 1973. Afin d’améliorer vitesse et régularité, apparaît à partir de 1964 le premier couloir réservé aux bus sur les quais du Louvre. Le résultat est positif et on décomptera 26 km de couloirs de bus en 1971.

La carte orange

Une petite révolution va changer la donne en 1975, avec une innovation majeure dans les transports : une carte qui donne accès à tous les transports d’Île-de-France en illimité sur une période d’un mois, la carte Orange ! Le résultat ne se fait pas attendre et le trafic des bus augmente de 31%. La régie en profite pour améliorer son réseau, surtout en banlieue avec la création de nouvelles lignes et une réduction des temps de trajet. Il devient urgent de renouveler le matériel roulant avec des équipements non seulement plus modernes mais aussi une capacité de transport augmentée. C’est ainsi que dès le mois de mai 1983 plusieurs lignes de bus très fréquentées, dont « Orlybus » sont équipés de nouveaux bus articulés : les PR180.

A partir de 1985, les nouveaux PR180 comportent une face avant redessinée : ils sont dénommés PR180/2. La RATP, quoique timidement, continue d’équiper quelques lignes d’autobus articulés. Dans Paris, outre le 91, les lignes 27, 31, 43, 80 et 95 sont équipées à leur tour. En banlieue, seules les lignes 105, 143, 158, 183, 187, 208, 215 et 304 sont exploitées par des autobus articulés dans les années 80 Crédit RATP / Ardaillon

Le réseau est de plus en plus performant. A Créteil une ligne de rocade en site propre relie la Gare RER de Saint-Maur au marché de Rungis, avec 23 stations sur une distance de 12,5 km. Ligne qui aujourd’hui est interconnectée avec le RER D au Carrefour Pompadour. Les opérations « Autrement bus » vont permettre de créer de nouvelles lignes mais surtout de mieux organiser les flux avec une harmonisation des horaires et une meilleure diffusion de l’information. Il faudra quand même attendre 1997 pour que le réseau soit totalement réorganisé avec l’arrivée des premiers bus de nuit, puis du réseau « Nouveau Nord » en Seine-Saint-Denis. C’est à cette période que la régie met en service ses premiers minibus avec des Mercedes OA412 : Montbus. Offre qui se développera au début des années 2000 avec la ligne microbus du petit fontenaisien mise en place à la demande de la communauté d’agglomération Sud-de-Seine.

Un Gruau Microbus sur le Clamibus.

Des transports accessibles

L’accessibilité des bus aux personnes en état de handicap est une urgence à une époque où une politique d’intégration s’impose. Il faut remonter à 1995 pour voir la mise en service de 21 autobus Heuliez GX317 qui peuvent accueillir des personnes en fauteuils roulants. Ceci demande de gros investissements puisqu’il faut non seulement équiper le matériel roulant, mais aussi modifier les installations de voirie aux arrêts de bus. En 2004, on comptera 25 lignes parisiennes et 4 lignes en banlieue accessibles aux personnes à mobilité réduite et ce ne sera qu’en 2009 que toutes les lignes seront équipées.

Des transports écologiques

Dès les années 90 la RATP n’a de cesse de tout faire pour réduire au maximum les émissions polluantes de ses véhicules, que ce soit au niveau de la pollution de l’air ou de la pollution acoustique. Ainsi, en 1995 sont testés 120 bus diesel à très basse teneur en souffre et en 1996 les premiers bus électriques sur la colline de Montmartre. Les bus à gaz seront commandés en mars 1998, et équiperont en 2005 pas moins de 15% des bus parisiens, roulant au GPL, GNV, Diester ou Aquazole. Il est temps de retirer les derniers 520 bus SC10 qui sont très polluants ou d’équiper ces véhicules anciens avec des filtres catalytiques. Dès 2001, la moitié du parc des 4 000 bus de la RATP est écologique.

En attendant la finalisation du programme Bus2025, qui répond à l’ambition d’Île-de-France Mobilités de supprimer les bus diesel de son réseau et de faire de la région Île-de-France une référence mondiale en matière de transport public urbain très bas carbone, la RATP va se doter dès 2007 de véhicules équipés d’un système d’hybridation hydraulique qui permet de récupérer l’énergie libérée lors des freinages. C’est le concept bus Hynovys d’Irisbus Iveco.

Un documentaire de la RATP de janvier 2015 www.ratp.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.