Avec « Empreintes », La Défense poursuit sa quête du maillage

Empreintes La défense
Localisation des cinq sites. Crédit : PLD/matador
Print Friendly, PDF & Email

Mis à jour le jeudi 14 avril 2022 by Olivier Delahaye

APPEL A PROJETS. Sur le quartier d’affaires, Paris La Défense lance un appel à projets multisites ambitieux afin d’accompagner la transformation du boulevard circulaire et relier la dalle aux cœurs des villes.

Dans sa quête obsessionnelle de remailler sa dalle aux villes qui l’accueillent, l’Établissement public Paris La Défense a lancé, avec « Empreintes », un appel à projets urbains mixtes et bas carbone. À travers la transformation de cinq emprises foncières situées à la jonction du quartier d’affaires et des villes de Puteaux et de Courbevoie, l’enjeu consiste pour Paris La Défense à donner « un nouvel élan à la diversification et à la transition écologique » de son territoire.

Profession de foi

En janvier 2021, Paris La Défense avait souhaité aborder une nouvelle phase de développement de son territoire avec l’élaboration de sa « Raison d’être », au sens de la loi Pacte*, et ainsi reconfigurer sa stratégie autour de la notion de soutenabilité. Quelques mois plus tard, cette « Raison d’être » était définie par quatre grandes orientations et dix objectifs. C’est le premier objectif de la première orientation que l’Établissement public met en œuvre avec « Empreintes ». Soit : « Un appel à projets urbains innovants, visant à la réalisation d’opérations immobilières exemplaires en matière d’empreinte environnementale. » Ou encore : « Exemplarité de l’impact social et environnemental, innovation programmatique et technique, qualité de l’insertion urbaine. »

Cinq sites ont donc été sélectionnés pour traduire concrètement cette « Raison d’être », s’inscrivant dans le périmètre historique de l’Opération d’intérêt national (OIN) et présentant des surfaces qui s’étendent de 2 000 m2 à 1,6 hectare. Il s’agit aussi d’espaces stratégiques de reconquête censée mieux articuler le quartier d’affaires avec les villes de Puteaux (3 sites) et Courbevoie (2 sites). Tous situés à proximité du boulevard Patrick-Devedjian (anciennement boulevard circulaire), ils doivent profiter de son vaste réaménagement pour rompre avec l’ilotisme de la dalle de La Défense.

À Puteaux

Le premier, Demi-Lune, situé au sud de la Grande Arche, est une véritable coupure urbaine de 1,5 hectare traversée par des réseaux viaires, dont la RD914. Le vaste projet de transformation du boulevard Patrick-Devedjian est l’opportunité de reconnecter la dalle de La Défense à Puteaux et Nanterre grâce à la multiplication de liaisons douces, de continuités végétales et la construction d’un ou plusieurs bâtiments ouverts sur le quartier.

Empreintes la défense
Site Demi-Lune. Crédit : PLD/3.0 Productions/Serial Picture

Le site Jean-Moulin est aussi à Puteaux et fait aussi 1,5 hectare. Le long de l’avenue Jean-Moulin, c’est le projet mixte (bureaux, services et commerces) Altiplano qui va permettre la redéfinition du site. L’aménagement d’un grand espace public y est attendu, accompagné par une programmation mixte et par un renforcement végétal.

Empreintes la défense
Site Jean-Moulin. Crédit : PLD/3.0 Productions/Serial Picture

Enfin, Liberté est un site de 1,6 hectare structuré par le boulevard Patrick-Devedjian et le rond-point Liberté, véritable porte d’entrée du quartier d’affaires. Là encore, la recomposition des voiries va faire émerger des espaces qui doivent s’affirmer comme des connecteurs.

Empreintes la défense
Site Liberté. Crédit : PLD/3.0 Productions/Serial Picture

À Courbevoie

De l’autre côte de l’esplanade, à Courbevoie, le site Ségoffin longe, par l’intérieur, le boulevard Patrick-Devedjian sur 2 800 m2. D’un étroit périmètre, il n’en occupe pas moins une place stratégique pour devenir une couture urbaine et dégagée.

Empreintes la défense
Site Segoffin. Crédit : PLD/3.0 Productions/Serial Picture

Légèrement plus bas, Gambetta est un parallélépipède de 2 000 m2 très fréquenté par les salariés et les habitants qui souhaitent rejoindre le quartier d’affaires et le centre de Courbevoie. Requalifié, il doit constituer un espace public offrant divers services et occupés par du bâti ponctuel.

Empreintes la défense
Site Gambetta. Crédit : PLD/3.0 Productions/Serial Picture

Concours à long terme

Lancé eu MIPIM le 16 mars 2022, l’appel à projets est ouvert jusqu’au 30 mai 2022 pour sa phase 1. Une première salve de candidats sera sélectionnée en octobre pour des ateliers qui s’étendront sur plusieurs mois. Les lauréats des projets Jean-Moulin et Ségoffin seront connus à la rentrée 2023 et ceux des projets Liberté, Gambetta et Demi-Lune au début de l’année 2024. Opérateurs historiques ou « jeunes pousses », les candidats doivent se présenter sous forme de groupement réunissant :

  • un ou plusieurs opérateurs immobiliers dont l’un aura vocation à être le mandataire du groupement ;
  • un ou plusieurs architectes et urbanistes maîtrisant également l’urbanisme transitoire (pour le site Liberté notamment) ;
  • un bureau d’études techniques rompu aux interventions sur dalle en milieu urbain dense pour les sites le nécessitant ;
  • un bureau d’étude spécialisé en développement durable, en écologie urbaine ;
  • des compétences en programmation et paysage ;
  • un économiste.


* La loi Pacte (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), impose à toute entreprise de « prendre en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité », et propose aux plus volontaristes de se questionner sur leur Raison d’être, à savoir le « pourquoi » de leur existence, et d’inscrire dans leurs statuts le « pour quoi » de leur contribution à la société, en y associant des objectifs sociaux et environnementaux et une gouvernance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.