Agenda du Grand Paris

Fév
16
mer
Exposition Boilly – Chroniques parisiennes @ MUSÉE COGNACQ-JAY
Fév 16 @ 10:00 – Juin 26 @ 18:00
Exposition Boilly - Chroniques parisiennes @ MUSÉE COGNACQ-JAY

Exposition
Boilly (1761-1845)
Chroniques parisiennes
16 février – 26 juin 2022 – Musée Cognacq-Jay

Artiste virtuose, prolifique et inclassable, Louis-Léopold Boilly (1761-1845) se fait le chroniqueur enthousiaste de Paris pendant soixante ans, d’une révolution à l’aube d’une autre (1789 et 1848). Il est à la fois le portraitiste des Parisiens, le peintre de scènes urbaines, l’inventeur de trompe-l’œil saisissants et l’auteur de caricatures piquantes.

Cette exposition monographique explore la carrière foisonnante de Boilly au travers de 130 œuvres qui invitent à découvrir la singularité de l’artiste, son brio, son humour et son inventivité. Elle présente plusieurs chefs-d’œuvre inédits ou exposés pour la première fois en France.

Originaire du Nord de la France, Boilly part à la conquête de la capitale à l’âge de 24 ans, en 1785, pour ne plus jamais la quitter. Peu intéressé par la grande histoire de Paris, il est fasciné par la modernité de la ville, son effervescence et ses spectacles. Boilly, en chroniqueur de la vie quotidienne, dresse le portait intime d’une génération.

L’artiste aime scruter les lieux comme les visages de Paris. Il s’illustre dans l’art du portrait en fixant les visages des Parisiens et des Parisiennes sur des petits formats qui deviennent sa marque de fabrique. Le portraitiste se double volontiers du caricaturiste, posant sur ses concitoyens un regard amusé, voire mordant. Son goût pour la provocation comme pour la virtuosité technique se retrouve dans ses Trompe-l’œil, à l’éblouissante qualité illusionniste.

L’exposition dévoile également le jeu raffiné auquel se livre l’artiste pour se mettre lui-même en scène. Il brosse des autoportraits pleins de dérision, multiplie les signatures et se glisse parmi les protagonistes de ses scènes de foule, à l’image d’un Alfred Hitchcock dans ses films. Ces stratagèmes instaurent une relation complice entre l’artiste et le spectateur. Tout au long du parcours de l’exposition, le visiteur est invité, dans un jeu de piste ludique, à retrouver le visage ou les indices de la présence de Boilly.

Organisée à l’occasion de la publication du catalogue raisonné de l’artiste rédigé par Etienne Bréton et Pascal Zuber (édition Arthena, 2019), cette exposition sera l’occasion de découvrir plusieurs chefs-d’œuvre présentés pour la première fois en France et provenant de prestigieuses collections particulières, dont l’une des plus importantes, aujourd’hui conservée au Ramsbury Manor Foundation, au Royaume-Uni.

Le parcours de l’exposition prend une ampleur supplémentaire en se déployant dans huit salles du musée, à l’image de l’exposition passée « L’Empire des sens, de Boucher à Greuze ».

MUSÉE COGNACQ-JAY
8 rue Elzévir – 75003 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Billet unique exposition temporaire et collections permanentes : plein tarif : 8€ / tarif réduit : 6€

Avr
12
mar
Incursions sauvages – Exposition au musée de la Chasse et de la Nature @ Musée de la Chasse et de la Nature
Avr 12 @ 11:00 – Sep 11 @ 18:00
Incursions sauvages - Exposition au musée de la Chasse et de la Nature @ Musée de la Chasse et de la Nature

Incursions sauvages

Exposition de street art au musée de la Chasse et de la Nature

Du 12 avril au 11 septembre 2022

Le Musée de la Chasse et de la Nature a choisi sept street artistes pour investir ses salles et réaliser des oeuvres qui interrogeront notre cohabitation avec un monde animal perturbé.

L’exposition Incursions sauvages est une exposition qui s’inscrit dans l’actualité. Elle est née de l’observation, durant le récent confinement, de la porosité manifeste des frontières entre la nature et la ville et de la vision, partout sur la planète, de nombreux animaux sauvages égarés en milieu urbain ; des sangliers, des cerfs et des renards en Occident, plus spectaculaires, des félins en Inde, des ours et des éléphants en Chine. La confrontation est désormais fréquente et ce qui semblait à nos yeux, incongru, est devenu commun.

Ainsi, le Musée de la Chasse et de la Nature a choisi sept street artistes pour investir ses salles et réaliser des oeuvres qui interrogeront notre cohabitation avec un monde animal perturbé.

Si les artistes urbains font toujours du bestiaire, une source d’inspiration de leur travail, dans la continuité de leurs ainés, c’est aujourd’hui pour pointer les préoccupations de nos sociétés contemporaines. Traversés par les questions environnementales relatives à la sauvegarde de l’espèce animale, à sa cohabitation avec l’homme, ils abordent ici l’arrivée impromptue, telle qu’elle s’est récemment produite, d’un bestiaire sylvestre dans la ville – cerfs, sangliers ou blaireaux… En construisant la Cité, l’homme a défini un territoire dans lequel il règne presque sans partage. À l’extérieur de celle-ci, la campagne constitue un monde sauvage, où vivent ensemble animaux partiellement domestiqués et toute une faune indomptée, mise à mal par les actions et les comportements des hommes.

Au-delà du seul propos environnemental, l’exposition se veut également une métaphore de l’art urbain qualifié de sauvage à l’origine qui, le temps de l’exposition, investit le musée ; un art engagé, témoin et lanceur d’alerte. 

Incursions sauvages est organisée en diptyque avec l’exposition Plongées en eaux troubles au Centre d’art urbain, Fluctuart. Cette exposition en miroir interroge cette fois l’intrusion de l’homme dans l’écosystème de la Seine, bouleversant à son tour ses occupants. Les artistes sont là invités à s’emparer de la faune aquatique du fleuve : silure, anguille ou brochet… mais aussi à en imaginer les avatars mythologiques ou leurs mutations biologiques : sirènes, tritons ou monstres hybrides.

Sur les deux sites, c’est donc un large panorama de la scène street art qui se dévoile dans la diversité de ses techniques (spray, pochoir, collage ou installation) et de ses styles (graphique, fantastique ou hyperréaliste) au travers des œuvres d’une quinzaine d’artistes internationaux. Une rare opportunité de suivre la trace puis de s’immerger dans la faune du street art.

Informations pratiques

Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives 75003 Paris
www.chassenature.org

Ouvert du mardi
au dimanche
de 11h00 à 18h00 (dernier accès 17h30)
Nocturnes les mercredis
jusquʼà 21h30 (dernier accès 21h00)

Juin
15
mer
Mixité, flexibilité, évolutivité des bâtiments – Conférence à la Maison de l’architecture @ Maison de l'architecture Ile-de-France
Juin 15 @ 19:00 – 21:00

Mixité, flexibilité, évolutivité : quand le bâtiment s’ouvre aux usages multiples

Conférence organisée en partenariat avec ConstruirAcier

Accueillir à la fois des bureaux, des logements, une crèche ou tout autre activité et même ce que l’on pourrait imaginer comme autre usage… : à contre-pied de la traditionnelle conception des bâtiments construits sur le principe d’un lieu pour un usage, architectes et urbanistes ouvrent la voie au déploiement de projets créatifs répondant aux besoins des villes et de leurs usagers. Bâtiments multi-usages, édifices polyvalents, mixité fonctionnelle, flexibilité programmatique, évolutivité et réversibilité sont autant de solutions destinées à repenser la conception des espaces, combiner plusieurs utilisations dans un seul lieu tout en offrant la possibilité de réinventer les usages.

Conférence animée par Olivier Leclercq, architecte.

Au programme :
18h45 – Accueil à la Maison de l’architecture Ile-de-France
19h – Début de la conférence

Réversibilité ou Rêver-Civilité
Anne Démians, architecte fondatrice, Architectures Anne Démians

Immeuble Pergolèse
Jean-Lou Boisseau, associé, LOBJOY-BOUVIER-BOISSEAU Architecture

Exosquelette et changement de destination
Olivier Laurent, associé, Atelier Cambium

Le Mattern Lab
Guillaume Aubel, architecte fondateur, Beluga Studio

20h – Questions / Réponses
20h30 – Cocktail

Crédit photo : Villa Rohan, Atelier Cambium ©Ivan Mathie

________

Entrée libre
Maison de l’architecture Ile-de-France – Chapelle du couvent des Récollets
148 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris

Pour s’inscrire.

Juin
24
ven
Libraires d’un jour
Juin 24 @ 18:00 – Juin 25 @ 20:00
Libraires d'un jour

Libraires d’un jour

Vendredi 24 juin

Dans plus de 150 librairies franciliennes

En cette année 2022 qui consacre la lecture Grande cause nationale, l’association Paris librairies, soutenue par la Ville de Paris, lance un grand appel aux lectrices et lecteurs à venir partager leurs lectures dans plus 150 librairies franciliennes.
Devenez Libraires d’un jour vendredi 24 juin dans toutes les librairies franciliennes participantes !
 
Les deux années qui viennent de s’écouler ont démontré l’attachement puissant des francilien.nes à leurs librairies de quartier, devenues, alors que les 40 ans de la loi Lang sur le prix unique du livre étaient célébrés en 2021,  » commerces essentiels « . 
Portées par cet élan sans précédent et fortes des retours d’expérience enthousiastes, de nombreuses librairies de grande couronne ont souhaité rejoindre l’association Paris Librairies qui compte désormais 200 librairies adhérentes en Île-de-France
Pour encourager cette belle dynamique, la région et la DRAC Île-de-France soutiennent à son tour la manifestation. 
 
Autre nouveautés pour cette 8e édition, les bibliothèques de la Ville de Paris seront de la partie. Les bibliothécaires ont été conviés à se rapprocher de leurs librairies de proximité pour animer aux côtés des libraires les différentes soirées qui seront proposées.
 
Daniel Pennac est le parrain de cette édition dont le dessin de l’affiche est signé Brecht Evens.
 

Pour suivre la manifestation:

• Agenda Que faire à Paris ? :
• Portail du site Paris Librairies
• Réseaux sociaux Paris Librairies : Facebook, Twitter, Instagram @paris_librairies
• Le portail du site Bibliocité.fr

Juil
14
jeu
Festival Bellastock @ Centre Art Architecture Paysage Patrimoine
Juil 14 @ 10:00 – Juil 17 @ 18:00
Festival Bellastock @ Centre Art Architecture Paysage Patrimoine

Festival Bellastock : 4 jours pour inventer la ville de demain

Au cœur de la forêt, le CAAPP – Centre d’art, d’architecture, du paysage et du patrimoine – accueille du 14 au 17 juillet, le festival Bellastock. Pendant 4 jours, près de 400 étudiants en architecture se réunissent pour imaginer et expérimenter des techniques de construction au service d’une nouvelle conception de la ville : plus innovante, plus respectueuse de l’environnement et plus résiliente.

Dans le cadre bucolique du parc de la Maison Sainte-Geneviève, situé à proximité des bords de Seine, la jeune génération d’architectes est invitée à se départir des théories pour inventer de nouveaux procédés constructifs issus de l’observation et du « faire ». Engagé dans la transition écologique, le festival développe une approche pionnière sur le réemploi de matériaux de construction, l’utilisation des ressources locales, matérielles comme immatérielles, l’adoption de systèmes « low-tech ». Un urbanisme de transition que la Ville d’Évry-Courcouronnes expérimente également à l’échelle de son territoire, avec des réalisations dites d’urbanisme tactique menées dans le cadre de grands projets de transformation urbaine.

La journée du samedi 16 juillet sera ouverte aux publics les plus larges. L’occasion de s’immerger dans l’ambiance créative et festive du festival Bellastock. Construite sur le thème de la « Cité convivial·e », cette 16e édition permettra de découvrir les inventions architecturales réalisées par les étudiants accueillis sur place. L’ambition est de favoriser le dialogue et les débats d’idées autour de sujets liées à la ville et à l’architecture. Cette journée d’ouverture au public sera ainsi rythmée par des débats, des animations musicales et une soirée sur une péniche, notamment.

Depuis 2018, la Ville d’Évry-Courcouronnes met le CAAPP à disposition de Bellastock pour y faire émerger un site d’expérimentation architecturale grandeur nature unique en Île-de-France. Fidèle à son histoire de ville-nouvelle, la Ville poursuit sa démarche de laboratoire urbain où s’invente la ville de demain.

  • Festival Bellastock, du 14 au 17 juillet, au Centre Art Architecture Paysage Patrimoine (CAAPP), 2, avenue de Ratisbonne à Évry-Courcouronnes.
  • Ouverture au public le samedi 16 juillet, de 10h à minuit : visites du parc et de ses installations, tables rondes, projections, musique, spectacles, etc. Entrée gratuite. Tout le programme sur bellastock.com/festival