Chantiers olympiques : la SOLIDEO fait le point

66
Le PRISME, nouvelle enceinte inclusive à Bobigny
Le PRISME, nouvelle enceinte inclusive à Bobigny - Crédit : Gulizzi Architectes
Print Friendly, PDF & Email

À l’occasion de son dernier Conseil d’administration, la Société de livraison des ouvrages olympiques s’est félicitée de l’avancée des travaux olympiques. Tandis que l’on apprenait la disparition certaine des jardins ouvriers d’Aubervilliers.

Réuni ce 22 novembre, le Conseil d’administration de la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO) a fait le point sur l’avancée de ses chantiers. Trente-trois ouvrages ont officiellement entamé leurs travaux et dix projets ont franchi une étape cruciale.

Les chantiers avancent, les jardins ouvriers succombent

Ainsi en est-il de l’Arena Porte de La Chapelle pour laquelle, suite à la pose de la première pierre le 1er octobre, un ordre de service de démarrage des travaux a été lancé.  Idem pour le stade Pierre de Coubertin dont la rénovation doit permettre sa mise en accessibilité pour l’accueil des compétitions de goalball durant les Jeux paralympiques. En ce qui concerne le PRISME, un marché global de performance a été attribué pour la conception et réalisation du projet à un groupement mené par Demathieu Bard (avec Gulizzi Architectes, l’Agence Roméo Architecture, CET Ingénierie, Le Sommer Environnement, BURGEAP, D&H, Peutz & Associés, MBAcity, Idex Energies et Demathieu Bard Maintenance). Enfin, le jalon d’attribution du marché global de performance pour la rénovation de la piscine de Colombes a été validé.

Par ailleurs, on apprenait ce 23 novembre que la cour administrative d’appel de Paris levait la suspension du permis de construire de la piscine d’entraînement d’Aubervilliers, signant la mort d’une centaine de parcelles de jardins ouvriers vieux de cent ans.

Les voies en bonne voie

Enfin, le Conseil d’administration de la SOLIDEO a également délibéré sur l’approbation du jalon « avant-projet » concernant les voies olympiques et paralympiques sur le boulevard périphérique et le quai de Bercy. Rappelons que, prévues dans le dossier de candidature de Paris 2024, ces voies doivent permettre de sécuriser et fluidifier le parcours des athlètes et des personnels accrédités, notamment grâce à la mise en place de pistes réservées pendant la durée des Jeux olympiques.

La délibération de ce 22 novembre autorise ainsi la mise en œuvre de la phase liée aux JO dans le calendrier imparti. Quant à la phase héritage, elle sera consolidée et concertée en 2022/2023, et fera l’objet d’études complémentaires et approfondies pilotées par la Ville de Paris, « permettant de préciser les conditions possibles d’usages en fonction des incidences environnementales et de circulation identifiée ».