Grand Paris Express : menace sur la ligne 17?

286
Plan Ligne 17 Grand Paris Express
Print Friendly, PDF & Email

Un an après la suspension des travaux sur la partie nord de la ligne 17, ceux-ci n’ont pas repris. Ce qui préoccupe la CCI Paris Île-de-France qui alerte sur un éventuel grave dérapage du calendrier.

Dans un communiqué paru ce jour, la CCI Paris Île-de-France s’inquiète d’un éventuel abandon du tronçon Nord de la ligne 17 du Grand Paris Express qui relie La Bourget RER au Mesnil-Amelot.

Le 15 novembre 2019, le tribunal administratif de Montreuil avait suspendu pour un an les travaux qui avaient démarré sur cette ligne, considérant que « deux illégalités entachent l’autorisation environnementale délivrée pas les préfets de la Seine–Saint-Denis, de Seine-et-Marne et du Val-d’Oise ». Un an plus tard, les travaux n’ont pas redémarré et la CCI s’inquiète des hésitations qui semblent planer sur une éventuelle reprise du chantier.

La Chambre rappelle ainsi les besoins du Nord-francilien en transports publics : « Une fois en service, ce ne sont pas moins de 250 000 voyageurs par jour qui pourront l’emprunter (la ligne 17), sachant que le réseau routier est déjà saturé. Aujourd’hui 167 000 voitures circulent quotidiennement sur l’A1. » Didier Kling, président de la CCI Paris Île-de-France souligne : « Dans ce territoire carencé, où les horizons sociaux et économiques dépendent directement des conditions de déplacements, la ligne 17 représente la pièce manquante du puzzle régional des transports. »

La CCI est aussi tracassée par les effets d’un report important du calendrier pour l’ensemble de la région Île-de-France. Selon elle, la ligne 17 « facilitera l’accessibilité du Parc des Expositions de Villepinte en assurant 160 000 voyages les jours de salon. Sans compter la desserte de l’aéroport du Bourget, du Musée de l’air et de l’espace et du Parc des Expositions du Bourget. Les futures correspondances avec les lignes 14, 15 et 16 à Saint-Denis Pleyel permettront des échanges et des déplacements sur tout le territoire. La connexion avec la ligne 15 facilitera l’accès depuis La Défense et la connexion avec la ligne 14 permettra de relier les deux grands aéroports franciliens de Roissy et d’Orly. » Bref, pour Didier Kling, « renoncer à ce tronçon, c’est renoncer à une liaison fiable et structurante entre le Nord-francilien et l’ensemble des pôles de la région. » Et de conclure : « Le calendrier ne peut subir un nouveau retard. Il y a urgence ! »