L’ADEME Île-de-France dresse son bilan 2020

112
Géothermie village olympique
Print Friendly, PDF & Email

Avec 252 projets soutenus en 2020 en région parisienne, l’ADEME renforce son action en matière de transition énergétique et d’économie circulaire.

L’ADEME Île-de-France a dressé le bilan de son action en 2020, se félicitant d’abord ce de que « malgré le contexte, l’écosystème de la transition écologique a bien résisté à la crise ». L’agence a soutenu 252 projets pour un montant de 66,3 millions d’euros d’aides (34,53 millions pour la chaleur renouvelable et de récupération et 15,98 millions en fonds économie circulaire et déchets). Soit 72 projets en plus et 18 millions d’euros d’aides supplémentaires par rapport à 2019. Par ailleurs, un fonds de secours à l’emploi de 1,52 million d’euros a été mis en place pour soutenir 37 recycleries et ressourceries qui ont dû fermer leurs portes durant les confinements.

Un soutien historique à la géothermie

Pont fort de la région francilienne en matière de transition énergétique et objet d’une implication historique de l’ADEME, la géothermie poursuit son développement. En cette année 2020 qui a célébré les 10 ans du Fonds Chaleur, une capacité additionnelle de 580 GWh a été financée (contre 200-300 GWh en 2019). Parmi les exemples : le projet de géothermie de surface de Saint-Denis (financement de 3,8 millions d’euros) pour chauffer ou refroidir 609 000 m2 de bâtiments, dont le futur village olympique et paralympique, à plus de 65 % en ENR&R. Ou encore le forage géothermique de grande ampleur de Vélizy-Villacoublay (financement de 5,9 millions d’euros).

L’année 2020 était aussi placée sous le signe de l’innovation avec la création des Contrats d’objectif territoriaux Énergies Renouvelables et de Récupération permettant aux acteurs locaux de se rassembler pour proposer une « grappe de projets », afin d’être éligible aux seuils de production d’énergie du Fonds Chaleur et ainsi lutter contre les zones blanches de la transition énergétique.

Assurer la transition

Côté économie circulaire, 53 projets ont été soutenus. Dans le cadre de l’objectif de réduction des déchets, l’ADEME a notamment accompagné la mise en place de la tarification incitative dans deux collectivités : Versailles Grand Parc et Plaines et Monts de France, un levier qui réduit de 30 à 50 % la production par habitant d’ordures ménagères résiduelles (OMR) et augmente le tri des déchets recyclables.

Autre pilier de la transition écologique : la méthanisation. En 2020, l’ADEME a apporté un soutien de 5,5 millions d’euros à 17 méthaniseurs (pour une capacité de 23 MW).

Elle s’est aussi impliquée dans le développement de la filière hydrogène en versant 30 millions d’euros d’aides pour le soutien aux projets en la matière. « Les investissements dans la mobilité hydrogène permettraient d’économiser en moyenne chaque année 2,1 millions de litres de carburants fossiles et 5 090 tCO2/an », détaille-t-elle.

Enfin, l’ADEME s’est engagée dans le développement de la pratique du vélo (qui a augmenté de 69 % en Île-de-France) en finançant à hauteur de 15 millions d’euros la structuration et l’animation des politiques cyclables, et des initiatives comme le réseau REPAR, des ateliers participatifs et solidaires mettant à disposition des outils, des pièces détachées et des conseils pour permettre aux cyclistes d’entretenir et de réparer eux-mêmes leurs vélos.