Lauréats franciliens de l’AAP « Recyclage foncier des friches »

61
Lauréat Fonds friches ile de france
Print Friendly, PDF & Email

CARTOGRAPHIE. L’Île-de-France compte 35 projets élus au réaménagement de friches voulu par l’État dans le cadre du Plan de Relance.

Sur cette carte sont situés les 35 projets lauréats retenus pour la session 2021 de l’appel à projets (AAP) « Recyclage foncier des friches pour l’aménagement en Île-de-France », qui bénéficient d’un soutien total sous forme de subvention de 47,5 millions d’euros (soit plus de 18 % de l’enveloppe nationale).

En effet, sur le plan national, une première enveloppe de 259 millions d’euros avait été annoncée dans le cadre de France Relance pour 2021 et 2022. Au vu du succès rencontré par ce fonds pour le recyclage des friches, la quasi-totalité de cette enveloppe a été répartie par région pour être engagée dès 2021. La mobilisation des demandeurs a effectivement été très forte avec un grand nombre de dossiers éligibles. Sur plus de 1 100 projets déposés, l’Île-de-France compte à elle seule 116 dossiers. Les projets retenus concernent pour une part importante des friches urbaines en réponse aux enjeux de recyclage et de reconstruction de la ville sur la ville, mais illustrent également la diversité des friches traitées. Ils se répartissent sur tous les départements avec un équilibre entre petite et grande couronne : 1 projet est situé à Paris, 2 en Seine-et-Marne, 5 dans les Yvelines, 5 en Essonne, 4 dans les Hauts-de-Seine, 8 en Seine-Saint-Denis, 6 dans le Val-de-Marne et 4 dans le Val-d’Oise.

Au regard des besoins exprimés par les territoires, le Premier ministre a annoncé le 17 mai 2021 une enveloppe complémentaire à engager d’ici fin 2022 qui viendra plus que doubler l’aide initialement prévue. Ce soutien de l’État devrait permettre « d’accélérer la mise en œuvre de projets confrontés à des coûts supplémentaires de démolition, de dépollution ou de restructuration lourde et répondant aux objectifs de maîtrise de l’étalement urbain et de revitalisation territoriale », explique la préfecture de Région.