Marche urbaine : et maintenant le plan

128
Feu vert piéton
Print Friendly, PDF & Email

Le collectif Place aux Piétons passe la troisième. Après son Baromètre et ses premières Assises de la marche, il développe l’idée d’un vaste plan pour promouvoir la marche en ville.

Dans la continuité de son premier baromètre des villes marchables, le collectif Place aux Piétons organisait ce 17 septembre les Assises de la marche en ville à Marseille. Cette journée d’échanges a réuni plus de 500 participants de toute la France : collectivités, services de l’État, entreprises, associations, particuliers.

À l’issue de ce raout, Place aux Piétons a décidé d’aller plus loin en traçant les grandes lignes d’un Plan marche national ; estimant que les attentes des marcheurs et des piétons devaient être d’avantage prises en compte dans les politiques urbaines, d’autant que « la marche, première des mobilités actives en France, s’affirme au cœur des enjeux de santé publique, de changement climatique, de mobilités, de tourisme et de vitalité sociale et économique des centres-ville et fait l’actualité ».

Place aux Piétons a décliné six propositions afin d’atteindre l’objectif de 30 % de part de modale pour la marche en 2030 (contre 23,5 % aujourd’hui).

1- Organiser une gouvernance nationale

• Mettre en place d’un responsable « marche » national dans le cadre d’une action interministérielle.

• Favoriser la concertation des piétons et de leurs associations pour les projets et décisions qui les concernent.

• Étendre aux piétons le bénéfice de la contribution transport des employeurs dans le cadre du « forfait mobilités durables ».

• Mettre en place un observatoire des déplacements piétons.

2- Développer une ingénierie territoriale

• Désigner des responsables « marche » aux différents échelons territoriaux.

• Développer des plans piétons au sein des plans « mobilités actives ».

• Aider financièrement les collectivités territoriales pour leurs plans « mobilités actives ».

• Accompagner les autorités en charge de l’aménagement à construire des compétences par la mise en place de formations.

3- Faire évoluer la réglementation

• Limiter la vitesse des automobiles et des engins de déplacement personnels motorisés.

• Protéger les piétons dans la traversée des chaussées, des pistes cyclables et dans tous les espaces qui leur sont destinés.

• Assurer la continuité des itinéraires.

• Sanctuariser le trottoir et lui donner une définition juridique.

• Sanctionner les infractions au Code de la route pour tous.

4 – Développer la recherche pour une meilleure connaissance de la marche

• Acquérir une meilleure connaissance des besoins et attentes : poursuivre le Baromètre des villes marchables avec une périodicité bisannuelle.

• Étudier de façon précise l’accidentologie relative aux piétons.

• Estimer les retombées économiques de la marche en ville.

• Favoriser les applications numériques et autres dispositifs d’aide à la marche.

• Approfondir les études cliniques sur les bienfaits de la marche sur la santé.

5 -Encourager la pratique de la marche

• Développer la compétence « marcher en ville » chez les enfants et adultes.

• Lancer des campagnes de communication.

• Diffuser les recommandations de sécurité auprès de tous les publics.

• Mobiliser les réseaux associatifs : manifestations, animations…

• Favoriser les prescriptions de marche par les soignants.

6 – Agir pour une ville accueillante aux piétons

• Inscrire une priorité piétonne dans les textes.

• Résorber les points noirs et les coupures urbaines.

• Mettre en place des cheminements identifiés, signalés, aménagés.

• Assurer les liaisons entre communes.

• Végétaliser la ville et améliorer le confort des trottoirs et des cheminements piétonniers.

Et Place aux Piétons de conclure : « Un plan marche, doté d’un budget, sera l’outil efficace pour atteindre cet objectif. Certains de nos voisins européens en ont déjà adopté. Il sera l’expression d’une volonté politique forte affichée par la France de contribuer à la lutte contre le changement climatique, pour préserver notre santé et améliorer notre qualité de vie. »