Où se trouvent les logements bruyants à Paris ?

356
Vue d'un immeuble ancien à Paris
Print Friendly, PDF & Email

Entre deux confinements, le site Flatlooker a mesuré l’intensité sonore des logements parisiens pour en établir une carte par arrondissement.

L’intensité sonore faisant partie des critères déterminants dans la recherche d’un bien immobilier, le site de gestion locative en ligne Flatlooker a réalisé une étude pour connaître les arrondissements parisiens les plus paisibles et les plus bruyants. Son enquête a été menée sur les 1 067 derniers logements référencés sur son site.

Du bruit dans le 8e, du calme dans le 7e

Avec une intensité sonore de 48,6 décibels, le 8e arrondissement apparaît comme le plus bruyant. Suivent 3e arrondissement (47,9 dB) et le 4e (47,5 dB). La forte exposition au bruit dans le 8e est notamment liée à la circulation automobile très dense, « particulièrement dans le secteur des Champs-Élysées », note Nicolas Goyet, co-fondateur de Flatlooker. « Les 3e et 4e arrondissements de Paris sont quant à eux marqués par une forte concentration de bars/restaurants, dont l’extension des terrasses n’a fait qu’intensifier les nuisances sonores ces derniers mois », poursuit-il.

Les logements les plus calmes se trouvent dans les quartiers les plus chics de la capitale : le 7e arrondissement (43,7 dB) et le 6e (44,9 dB). Nicolas Goyet explique : « Contrairement à l’année dernière, le 7e arrondissement est devenu le plus calme de Paris depuis le COVID. Peu de circulation suite à la fermeture de la Tour Eiffel, monument emblématique de la ville, beaucoup de logements et peu de restaurants en sont les trois raisons principales. »

Choisir un rez-de-chaussée côté cour

Outre les différences entre les quartiers et les rues, deux autres critères entrent en compte dans la qualité sonore d’un logement : l’un est assez évident, l’autre plus étonnant.

Le premier est l’emplacement du logement au sein du bâtiment. Les appartements sur cour ou sur jardin sont bien sûr plus calmes. Leur intensité sonore moyenne mesurée par Flatlooker est de 43,4 dB, fenêtres ouvertes (37,7 fenêtres fermées). Sur rue piétonne, le bruit monte à 47,1 dB (38,3 dB fenêtres fermées) et sur une rue ouverte à la circulation à 47,3 dB (39,2 dB fenêtres fermées).

Deuxième critère : l’étage. C’est au rez-de-chaussée que l’on trouve le plus de calme : 43,9 dB, fenêtres ouvertes. Le bruit monte jusqu’au 4eétage (46,5 dB) pour redescendre ensuite à 45,8 dB au 7eétage. Cela mérite une explication de Nicolas Goyet : « Cela peut sembler contre-intuitif, mais du fait de la réverbération du bruit sur les façades, les étages élevés ne sont pas les plus calmes alors que le rez-de-chaussée l’est. À partir du 7e étage, le logement est suffisamment haut pour que le bruit de la rue se fasse moins entendre. »

En conclusion, il vaut mieux habiter au rez-de-chaussée côté jardin d’un immeuble du 7e arrondissement et fermer les fenêtres. Si possible, les ouvrir quand même de temps à autre pour aérer en ces temps d’épidémie. Et si possible aussi, avoir un logement assez spacieux en ces temps de confinement.