Paris 2024 : la Seine, stade olympique

170
Print Friendly, PDF & Email

VIDEO. Pour sa cérémonie d’ouverture, Paris 2024 compte sur… Paris, son fleuve, ses monuments. Pas sûr qu’on se baigne dans la Seine dans trois ans, mais il devrait y avoir des centaines de milliers de personnes sur ses quais.

D’une victoire napoléonienne à l’autre. D’un pont à l’autre. D’Austerlitz à Iena. La cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques 2024, présentée ce 13 décembre par le comité d’organisation, se déroulera, comme prévu, sur la Seine, en plein patrimoine de l’UNESCO, au cœur de la capitale, avec des monuments historiques comme balises : Notre-Dame, la pyramide du Louvre, l’obélisque de la Concorde, les Invalides et, last but not least, la Tour Eiffel. Un parcours de 6 kilomètres. Trois heures de show.

À la mode argentine

Pas de stade, donc, enceinte du sport par excellence. Le mal-aimé Stade de France est boudé. Pas de stade, l’idée n’est pas parisienne. Elle est argentine. En 2018, la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de la jeunesse s’était tenue sur l’avenida 9 de julio où se dresse l’Obélisque de Buenos Aires. Elle constituait la première cérémonie olympique ouverte à tous, avec 500 000 spectateurs prévus, mais environ 200 000 présents. Paris 2024 en attend 600 000. Mais l’accès ne sera pas gratuit pour tous. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) réinvente les classes. Sur les quais bas, au plus près du spectacle, la 1ère classe, les spectateurs munis de billets payants (à quel montant ? c’est à voir). Sur les quais hauts, la 2nde classe, les spectateurs munis de billets gratuits.

Le sport, le patrimoine

La cérémonie se tiendra le 26 juillet 2024, débutera de jour, finira de nuit, et verra 160 bateaux en tous genres transporter 10 500 athlètes de 206 délégations. Elle se veut aussi représentative de ce que Paris organise pour ces deux semaines olympiques. La relation à son patrimoine, d’abord. De nombreuses épreuves se tiendront dans des sites historiques de la région parisienne : le beach-volley au pied de la Tour Eiffel,le taekwondo et l’escrime au Grand Palais, l’équitation au Château de Versailles, le tir à l’arc sur l’Esplanade des Invalides… L’ouverture au plus grand nombre ensuite avec l’organisation d’un marathon pour tous durant cette édition. Enfin, la nouveauté. Les Jeux de Paris accueilleront, par exemple, le breaking, discipline mi-artistique mi-sportive, mais surtout ils se veulent particulièrement innovants.

Pourvu qu’il ne pleuve pas !

Avec une cérémonie pareille, le COJO et les pouvoirs publics ont du pain sur la planche en termes organisationnels, logistiques, environnementaux et, surtout, sécuritaires. Son comité de pilotage a prévu pas moins de 50 réunions durant l’année qui vient et un tas d’études externes. Le coût de cette cérémonie n’est pour l’instant pas connu. Il devrait être « intégré à la matrice budgétaire du comité d’organisation, financé à 97 % par des recettes privées. Et l’on ne sait pas non plus si les Jeux paralympiques qui suivront bénéficieront de la même exposition spectaculaire. Mais surtout : pourvu qu’il ne pleuve pas !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.