Sondage : le climat, enjeu majeur des Régionales

206
ligne 2 tramway
Ligne 2 du tramway. 85% des Franciliens souhaitent un renforcement de l'offre de transport collectif. Crédit : Richez Associés
A vélo dans le grand paris
Print Friendly, PDF & Email

Selon une enquête réalisée pour Action Climat, trois Franciliens sur quatre estiment que les choix politiques en matière de lutte contre le changement climatique vont impacter leur choix lors de l’élection de juin.

À un mois des élections régionales, le réseau Action Climat a demandé à Harris Interactive une enquête d’opinion auprès des habitants de plusieurs régions françaises sur l’importance des enjeux écologiques dans le vote.

L’Île-de-France pas assez active pour le climat

Si les Franciliens partagent globalement les représentations des Français à l’égard du climat dans leur région (75 % estiment que la question climatique jouera un rôle important contre 80 % des Français), ils sont bien plus sévères sur le bilan de l’action de leur région : 54 % estiment que le Conseil régional n’en fait pas assez pour répondre aux enjeux (contre 47 % des Français). Ils partagent ainsi, avec l’ensemble des Français, le souhait de voir le climat fortement pris en compte dans l’action publique de la région à l’avenir (80 %). Et les moyens qu’ils envisagent pour y parvenir sont généralement les mêmes que ceux envisagés par les Français : soutien aux agriculteurs (83 %) et aux éleveurs (79 %) pour une agriculture plus durable ; accès aux transports durables (80 %) ; meilleure gestion des déchets (80 %) ; formation aux métiers de demain (79 %).

Encore plus de transports en commun

Plus spécifique à l’Île-de-France, la question de la pollution et de la qualité de l’air : 88 % des Franciliens s’attendent à ce qu’elle soit prise en compte de manière prioritaire dans l’action régionale : pour 43 % d’entre eux, le sujet est même tout à fait prioritaire. Et c’est bien sur la politique en matière de transports qui est avant tout visée. Au sein d’une région où l’offre de transports en commun est colossale, ils sont encore 85 % de Franciliens à revendiquer une meilleure accessibilité tant sur le plan matériel (développer l’offre, étendre l’amplitude horaire et la fréquence) que sur le plan financier (aide aux plus précaires). Trois Franciliens sur quatre sont aussi favorables à une politique volontariste concernant la bicyclette. : 76 % veulent des aides financières pour le vélo électrique et 75 % veulent que le réseau cyclable soit développé. La question de la réduction de la place de la voiture est, elle, moins consensuelle, mais elle recense tout de même 68 % d’avis positifs.

Roissy fait débat

Autre action vue comme prioritaire : la rénovation des bâtiments, pour 80 % des Franciliens, afin d’améliorer leurs performances énergétiques. Pour 38 %, le sujet est même tout à fait prioritaire. En revanche, ils ne perçoivent pas comme primordiale la question du transport aérien pour répondre aux enjeux climatiques. Tout au plus sont-ils 60 % à adhérer à l’idée que la Région doit cesser de soutenir les projets d’extension des aéroports. En ce qui concerne plus spécifiquement Roissy, le sentiment le plus partagé est celui qu’un agrandissement serait une mauvaise chose (44 %). Mais ils sont tout de même 31 % à penser l’inverse.