Trois bateaux autonomes navigueront sur la Seine en 2024

Print Friendly, PDF & Email

Mis à jour le mercredi 21 décembre 2022 by Olivier Delahaye

A l’issue du comité des mobilités « Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 », le ministre délégué chargé des transports, Clément Beaune a annoncé les trois projets de démonstrateurs de bateaux autonomes propres qui seront expérimentés à l’occasion des Jeux de Paris 2024.

APPEL A PROJETS. Profitant de l’exposition liée aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024, Voies navigables de France (VNF) avait lancé au mois de juillet, en association avec l’Agence de l’innovation pour les transports, un appel à projets pour la mise en œuvre de démonstrateurs de bateaux à navigation automatisée et décarbonés. La Seine sera alors, en effet, au cœur de l’événement en accueillant la cérémonie d’ouverture et les épreuves en eau libre, et deux tiers des sites franciliens choisis sont situés en bord du fleuve ou des canaux de la Ville de Paris.

Trois projets ont été sélectionnés

Le premier, Roboat, sera développé par le constructeur naval néerlandais, Holland Shipyards, en partenariat avec l’entreprise française Sequana Développement. Roboat est né d’un programme de recherche conjoint entre le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’Amsterdam Institute for Advanced Metropolitan Solutions (AMS Institute). Depuis octobre 2021, ce petit bateau électrique et autonome de 4 mètres circule sur les canaux d’Amsterdam avec une autonomie de charge de 10 heures pour une capacité de 5 passagers. Dans sa version 2024, il passera à 10 mètres de long pour une capacité de 35 personnes.

Poursuivez votre lecture

En vous abonnant GRATUITEMENT vous débloquez tous les articles et recevrez notre newsletter
Abonnement GRATUIT et sans engagement

Le deuxième s’appelle Hyke Rivercat. Il est porté par la coopérative Rivercat qui ambitionne avec « Mon beau bateau » de développer, par ailleurs, une flotte de navettes fluviales éco-responsables sur 4 lignes couvrant une distance totale de 52 km. Pour 2024, il s’agira d’un bateau à propulsion électrique de 15 mètres de long accessible à 50 personnes.

Le troisième est un engin signé BlueNav, une start-up de la région bordelaise spécialisée dans la motorisation électrique pour les bateaux. Pour son projet, BlueNav s’est associé avec Orion Naval Engineering, Drone Project System, Keolis, E. Nautic, le port de Bordeaux et la Métropole de Bordeaux. En devrait sortir un bateau électrique de 12 mètres pour 12 places.

« Transitionner » le fluvial

Depuis quelques années, le fluvial cherche sa voie décarbonée avec la mise en place de bornes électriques par Haropa ou encore la conversion des flottes de croisière à moteurs thermiques. Avec Paris 2024 pour horizon, voilà venir dorénavant l’autonomisation des bateaux. Selon VNF : « Les projets sélectionnés permettront de développer à moyen et long terme de nouveaux services de transport fluvial de passagers et de marchandises sur le réseau des voies navigables exploité par VNF. Ils seront accompagnés par l’établissement public et l’Agence de l’innovation pour les transports dans la validation des sites de mise en œuvre des démonstrateurs, la recherche des financements, et le suivi des travaux et des autorisations réglementaires. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.