Vintage Revival Montlhéry 2022, les voitures d’avant-guerre de retour sur l’autodrome

Print Friendly, PDF & Email

Avec plus de 300 voitures et 150 motos, le Vintage Revival 2022 fut un grand cru pour les amateurs de véhicules de course d’avant-guerre. Le tout sur le mythique autodrome de Montlhéry.

Vintage Friday. Un air d’avant-guerre flottait sur l’autodrome de Montlhéry le week-end dernier. Si vous êtes fan de voitures anciennes, des fous du volant ou de Mad Max vous avez raté l’évènement de l’année. Pour sa 6ᵉ édition, qui devait se tenir en 2021, mais avait été repoussée d’un an à cause des restrictions sanitaires, le Vintage Revival Montlhéry 2022 ne nous a pas déçu. Sous un soleil flamboyant, plus de 500 véhicules, motos et autos d’avant-guerre étaient réunis sur le site historique de l’autodrome de Montlhéry. Un moment fort en émotions où le temps de quelques heures, on a pu voir les voitures qui ont battus des records et gagné des Grands Prix dans les années 20 et 30 sur ce même circuit automobile. Ils sont venus du monde entier avec des voitures qui parfois n’existent plus qu’en un seul exemplaire. C’est le cas de la bête de Turin qui avec son moteur de 28 litres crache des flammes, offrant sur son passage un coup de chaud aux spectateurs.

Avoir une voiture d’avant-guerre est une question de goût, celui de ne pas avoir peur de se salir les mains. Car ici les pilotes ne font pas que conduire ces voitures, ils les restaurent, les entretiennent et entre deux sorties sur la piste réparent les nombreuses pannes. De simples bricoleurs, ils sont devenus experts, connaissant non seulement l’histoire et l’historique de leurs voitures, mais aussi chaque pièce qui la compose. Et quand on ne trouve plus la pièce, on la fabrique !

A Montlhéry, on ne blague pas avec la sécurité, casque et gants sont obligatoires crédit Philippe Serieys

C’est aussi le bruit, le son, disons plutôt la musique, celle de ces moteurs fort bruyants dont l’échappement est le plus souvent à côté du conducteur. Mais voilà, ça fait partie du plaisir de conduire ces véhicules et puis comme dit Vincent Chamon qui est le maitre de cérémonie du VRM « Ça fait beaucoup de bruit. L’avantage, c’est qu’on les connaît. On pilote au son. »

C’est aussi l’odeur, celle de l’huile, de l’essence, de la fumée et parfois du chaud, du trop chaud ! Alors, vous comprendrez qu’ici on ne parle pas de pollution, mais de madeleine de Proust, de passion et d’amour, il ne faut pas leur parler de voitures électriques !

Si vous regrettez déjà d’avoir raté le VRM 2022, notez sur votre agenda que le prochain est prévu en mai 2024.

Un film de Philippe Serieys (54mn) Copyright: philippe serieys – GPMetropole

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.